(Avertissement : ce blog est un blog militant, non seulement par son contenu mais aussi par son statut. J'ai toujours refusé de cautionner la logique de la marchandisation capitaliste, tout particulièrement à l'égard de cette escroquerie idéologique que constitue, à mes yeux, la notion de propriété intellectuelle. Aussi, les divers textes que j'ai rédigés et mis en ligne sont-ils, naturellement, libres de droits. Copiez-les, pillez-les, diffusez-les ! Soyons le plus nombreux possible à penser le plus possible !)

vendredi 30 janvier 2004

L'IDEOLOGIE ALLEMANDE (Marx et Engels)


 (extraits de l'édition Gallimard - Folio Essais
notes : Philippe Jovi)




Les hommes se sont toujours fait jusqu’ici des idées fausses sur eux-mêmes, sur ce qu’ils sont ou devraient être. C’est d’après leur représentation de Dieu, de l’homme normal, etc., qu’ils ont organisé leurs relations. Les inventions de leur cerveau ont fini par les aliéner1 : eux, les créateurs, ils se sont inclinés devant leurs créations. Délivrons-les des chimères, des idées, des dogmes, des êtres d’imagination qui les plient sous leur joug avilissant. Révoltons-nous contre cette domination des pensées. Apprenons aux hommes, dit l’un, à échanger ces illusions contre des pensées qui soient conformes à la nature de l’homme. Apprenons-leur, dit l’autre, à prendre à leur égard une attitude critique, à les chasser de leur esprit, dit le troisième. Vous verrez alors s’écrouler la réalité existante. Ces fantasmes innocents et puérils constituent le noyau de la récente philosophie néo-hégélienne2 que le public, en Allemagne, accueille avec épouvante et respect […]. Il y eut un jour un brave homme pour s’imaginer que si les hommes se noyaient, c’est qu’ils étaient victimes de l’idée de pesanteur ; et que, s’ils chassaient cette idée de leur tête, par exemple en la considérant comme superstitieuse, comme religieuse, ils seraient à l’abri du danger de noyade ! Sa vie durant, ce brave homme combattit cette soi-disant illusion de la pesanteur, combat dont les conséquences fâcheuses lui étaient pourtant montrées par toutes les statistiques ! Voilà le type du nouveau philosophe révolutionnaire allemand3 ! […]
On peut distinguer les hommes des animaux par la conscience, par la religion ou par tout ce que l’on voudra. Mais ils commencent à se distinguer des animaux dès qu’ils se mettent à produire leurs moyens d’existence4 : ils font là un pas qui leur est dicté par leur organisation physique5. En produisant leurs moyens d’existence, les hommes produisent indirectement leur vie matérielle elle-même. […]. Cette production n’intervient qu’avec l’accroissement de la population. Elle suppose à son tour un commerce6, c’est-à-dire une communication entre individus. La forme de ce commerce est, pour sa part, déterminée par la production. […] La société civile comprend [donc] l’ensemble du commerce matériel des individus à un certain stade de développement des forces productives. Elle embrasse la totalité de la vie commerciale et industrielle de ce stade historique et dépasse, dans cette mesure, le cadre de l’Etat et de la nation, même si, à l’extérieur, elle doit s’affirmer en tant que nation et, à l’intérieur, s’organiser en tant qu’Etat. Le terme bürgerliche Gesellschaft7 apparut au XVIII° siècle, quand les rapports de propriété s’étaient déjà dégagés de la communauté antique et médiévale. La société bourgeoise comme telle ne se développe qu’avec la bourgeoisie. Cependant, l’organisation sociale issue directement de la production et du commerce et qui, à toutes les époques, forme la base de l’Etat comme de toute autre superstructure idéaliste, a été continuellement désignée par le même terme [bürgerliche Gesellschaft][…].
L’histoire8 n’est rien que la succession des générations qui viennent l’une après l’autre et dont chacune exploite les matériaux, les capitaux, les forces productives légués par toutes les générations précédentes9. Par conséquent, chacune d’elles continue, d’une part l’activité traditionnelle dans des circonstances entièrement modifiées et, d’autre part, elle modifie les anciennes conditions par une activité totalement différente. Grâce à des artifices spéculatifs, on peut nous faire croire que l’histoire à venir est le but de l’histoire passée. Ainsi, par exemple, on attribue à la découverte de l’Amérique un but, celui d’avoir permis le déclenchement de la Révolution française. Grâce à quoi, l’histoire se voit assigner des fins particulières et devient une « personne parmi les personnes » […].
Or, plus les diverses sphères qui agissent les unes sur les autres s’étendent au cours de cette évolution, plus l’isolement primitif des diverses nations est détruit par le mode développé de production et de commerce, et par la division du travail qui en résulte spontanément entre les diverses nations, et plus l’histoire se transforme en histoire mondiale. Aussi lorsqu’on invente en Angleterre, par exemple, une machine qui réduit au chômage d’innombrables travailleurs en Inde et en Chine, en bouleversant tout le mode d’existence de ces empires, cette invention devient un fait historique de portée universelle10. De même, le sucre et le café ont montré leur importance historique et mondiale au XIX° siècle, du fait que la pénurie de ces produits, par suite du blocus continental de Napoléon, incita les Allemands à se soulever contre ce dernier et devint ainsi la base réelle des glorieuses guerres de libération de 1813. Il s’ensuit que cette métamorphose de l’histoire en histoire mondiale n’est nullement un simple acte abstrait de la « Conscience de soi », de l’« Esprit du monde »11 ou de quelque autre fantôme métaphysique, mais un acte purement matériel, empiriquement explicable, dont n’importe quel individu, tel qu’il mange, qu’il boit et s’habille, est une illustration vivante.
Assurément, c’est une donnée tout aussi empirique de l’histoire écoulée que, avec l’extension mondiale des activités, les différents individus ont été de plus en plus asservis à une puissance qui leur est étrangère (oppression qu’ils prenaient parfois pour une brimade du Weltgeist12), à une puissance qui est devenue de plus en plus massive, pour apparaître finalement comme marché mondial. Mais il est tout aussi fondé empiriquement que cette puissance, si mystérieuse pour les théoriciens allemands, s’évanouira après le renversement de l’ordre social existant par la révolution communiste (dont il sera question plus loin), et par l’abolition concomitante de la propriété privée [des moyens de production]. C’est alors que la libération de chaque individu se réalisera dans la mesure où l’histoire se sera transformée complètement en histoire mondiale. De tout ce qui vient d’être dit, on comprend que la véritable richesse de l’individu dépend entièrement de la richesse de ses relations réelles13. C’est seulement ainsi que les individus sont délivrés des diverses barrières nationales et locales, mis en contact pratique avec la production (y compris celle de l’esprit) du monde entier, capables d’acquérir la faculté de jouir de cette production multiforme du globe entier (production d’hommes).
Première forme spontanée de la coopération historique et mondiale des individus, la dépendance universelle se change, par suite de cette révolution communiste, en contrôle et en maîtrise consciente de ces puissances qui, nées de l’interaction des hommes, les ont dominés et leur en ont jusqu’à présent imposé comme puissances absolument étrangères. Or, de nouveau, cette conception peut être comprise d’une manière spéculative et idéaliste, autrement dit visionnaire, comme « création du genre humain par lui-même » (la « société comme sujet »)14, en sorte que les générations successives des individus liés les uns aux autres se présentent comme un individu unique qui accomplit le mystère de s’engendrer lui-même. Il apparaît ici que les individus, en réalité, se font mutuellement15, au physique comme au moral, mais qu’ils ne se font pas eux-mêmes […].
Par conséquent, cette théorie de l’histoire a pour objet d’analyser le processus réel de production en partant de la production matérielle de la vie quotidienne ; de concevoir la forme de commerce liée à ce mode de productoin et engendrée par lui, autrement dit la société civile à ses différents stades, comme le fondement de toute l’histoire ; de décrire cette société dans son action en tant qu’Etat, aussi bien que d’expliquer par elle l’ensemble des diverses productions théoriques et formes de la conscience, telles que la religion, la philosophie, la morale, etc. ; d’observer la genèse de la société civile en liaison avec ces formes de création, ce qui permet alors, naturellement, d’exposer le phénomène dans sa totalité (et aussi l’interaction de ces divers aspects). Il ne lui faut donc pas rechercher une catégorie dans chaque période, comme le fait la conception idéaliste de l’histoire, mais elle demeure toujours sur le terrain réel de l’histoire. Comme elle n’explique pas la pratique par l’idée, mais la formation des idées par la pratique matérielle, elle aboutit logiquement à la conclusion que toutes les formes et tous les produits de la conscience peuvent être transformés, non par la critique intellectuelle, en les ramenant à la « Conscience de soi » ou en les transformant en « revenants », « fantômes », « lubies », etc.16, mais seulement en bouleversant effectivement les conditions sociales d’où sont issues ces billevesées idéalistes. Bref, ce n’est pas la critique mais la révolution17 qui est la force motrice de l’histoire, de la religion, de la philosophie, et de toute autre théorie. […]
Chacun des stades [de l’histoire] offre un résultat matériel, une somme de forces productives, une relation historiquement créée avec la nature et entre les individus, dont chaque génération hérite de sa devancière, une masse de forces productives, de capitaux et de circonstances qui, d’une part, sont modifiées, certes, par la nouvelle génération, mais qui lui prescrivent, d’autre part, ses propres conditions d’existence et lui impriment un développement déterminé, un caractère spécifique. Bref, cette conception de l’histoire montre que les circonstances font les hommes tout autant que les hommes font les circonstances18. Cette somme de forces productives, de capitaux et de mode de commerce social, que chaque individu et chaque génération trouvent devant eux comme un fait donné, constitue la base réelle de ce que les philosophes se sont représenté en parlant de « Substance », d’« Essence de l’homme » […]. Il dépend aussi de ces conditions de vie léguées par les générations successives que la secousse révolutionnaire qui se reproduit périodiquement dans l’histoire soit ou ne soit pas assez puissante pour renverser les fondements de l’ordre social existant. Et si ces éléments matériels d’un bouleversement total, à savoir, d’une part les forces productives disponibles, d’autre part la formation d’une masse révolutionnaire qui se révolte […], si ces éléments sont absents, il est tout à fait indifférent pour le développement pratique que l’idée de ce bouleversement ait déjà été formulée cent fois : l’histoire du communisme est là pour le démontrer19.
Ou bien toute l’ancienne théorie de l’histoire n’a pas tenu le moindre compte de cette base réelle de l’histoire ; ou bien elle l’a considérée comme accessoire et sans aucun rapport avec l’évolution historique. Aussi faut-il toujours écrire l’histoire selon une norme qui lui est extérieure. La réelle production vitale ne semble pas relever de l’histoire, tandis que le domaine historique apparaît comme séparé de la vie ordinaire, comme s’il était en dehors ou au-dessus du terrestre. Les relations des hommes avec la nature sont ainsi exclues de l’hsitoire, ce qui donne lieu à l’opposition de la nature et de l’histoire. C’est pourquoi l’ancienne théorie n’a pu voir dans l’histoire que des faits et gestes politiques, des actions d’éclat et des luttes religieuses, c’est-à-dire théoriques, et elle a dû notamment, pour chaque époque historique, partager l’illusion de cette époque20. Si, par exemple, une époque s’imagine qu’elle est déterminée par des motifs purement « politiques » ou « religieux », alors qu’en vérité religion et politique ne sont que des formes de ses motivations réelles, l’historiographie de cette époque accepte cette opinion. L’« imagination », les « idées » de ces hommes-ci au sujet de leur activité réelle sont transformées en cette puissance qui est seule à décider et à agir et qui, par conséquent, détermine et domine l’attitude pratique de ces hommes. Quand la forme rudimentaire de la division du travail chez les Indiens et les Egyptiens fait naître, chez ces peuples, système des castes dans leur Etat et dans leur religion, l’historien est d’avis que les système des castes est la puissance qui a produit cette forme sociale rudimentaire. Alors que les Français et les Anglais s’en tiennent à l’illusion « politique », laquelle se rapproche encore le plus de la réalité, les Allemands se meuvent dans la sphère de l’« esprit pur » et érigent l’illusion religieuse en force motrice de l’histoire21. […]
A toute époque, les idées de la classe dominante sont les idées dominantes22. Autrement dit la classe qui est la puissance matérielle dominante de la société est en même temps la puissance spirituelle dominante. La classe qui dispose des moyens de la production matérielle dispose en même temps, de ce fait, des moyens de la production intellectuelle, si bien qu’en général elle exerce son pouvoir sur les idées de ceux à qui ses moyens font défaut. Les pensées dominantes ne sont rien d’autre que l’expression en idées des conditions matérielles dominantes, ce sont ces conditions conçues comme idées, donc l’expression des rapports sociaux23, qui font justement d’une classe la classe dominante, donc les idées de sa suprématie. Les individus qui composent la classe dominante ont aussi, entre autres choses, une conscience par quoi ils pensent24. Il va de soi que, dans la mesure où ils dominent en tant que classe et déterminent une époque dans tout son champ, ils le font en tous domaines, donc qu’ils dominent aussi, entre autres domaines, comme penseurs, comme producteurs de pensées, bref, qu’ils règlent la production et la distribution des idées de leur temps, de sorte que leurs idées sont les idées déterminantes de l’époque. A un moment, par exemple, et dans un pays où la puissance royale, l’aristocratie et la bourgeoisie se disputent la suprématie et où, par conséquent, le pouvoir est partagé, la pensée dominante se manifeste dans la doctrine de la séparation des pouvoirs que l’on proclame alors « loi éternelle »25.
Or la division du travail26, […] l’un des facteurs de l’histoire, prend aussi, dans la classe dominante, la forme de la division du travail intellectuel et du travail matériel, de sorte que, à l’intérieur de cette classe, l’une des partie présente ses penseurs attitrés (les idéologues actifs et conceptifs dont la principale activité consiste à entretenir l’illusion que cette classe nourrit à son propre sujet) […]. Si l’on détache, en observant le déroulement de l’histoire, les idées dominantes de la classe dominante elle-même, si on les rend indépendantes, si l’on se persuade qu’à telle époque telles ou telles pensées ont prévalu sans se préoccuper des conditions de production ni des producteurs de ces pensées, […] on peut dire par exemple qu’au temps où l’aristocratie régnait, c’étaient les idées d’honneur, de fidélité, etc. qui prédominaient, tandis que sous le règne de la bourgeoisie, ce sont les idées de liberté, d’égalité, etc. Voilà ce que la classe dominante se figure elle-même le plus souvent.
Cette conception commune à tous les historiens, surtout depuis le XVIII° siècle, aura nécessairement à affronter le phénomène que voici : ce sont des pensées de plus en plus abstraites27 qui prévalent, c’est-à-dire des pensées qui revêtent de plus en plus la forme de l’universalité. En effet, toute nouvelle classe qui prend la place d’une classe précédemment dominante est obligée, ne serait-ce que pour parvenir à ses fins, de présenter ses intérêts comme l’intérêt commun de tous les membres de la société, c’est-à-dire de prêter à ses pensées la forme de l’universalité, de les proclamer les seules raisonnables, les seules qui aient une valeur universelle. Du fait même qu’elle affronte une autre classe, la classe révolutionnaire ne se présente pas comme telle, mais comme porte-parole de l’ensemble de la société, elle apparaît comme la masse totale de la société en face de l’unique classe dominante. Elle peut le faire parce que son intérêt, au début, est, en fait, encore plus lié à l’intérêt commun de toutes les autres classes non-dominantes, et parce qu’il na pas encore pu, sous la pression des circonstances héritées du passé, se développer comme intérêt particulier d’une classe particulière. Aussi son triomphe profite-t-il à nombre d’individus des classes exclues du pouvoir, mais seulement dans la mesure où il leur permet de s’élever et d’entrer dans la classe dominante. […]
[En effet] la conscience n’est d’abord28 que la conscience du milieu sensible immédiat, et celle du lien borné qui le rattache à d’autres personnes et choses extérieures à l’individu qui prend conscience de lui-même. C’est en même temps la conscience de la nature qui, au début, s’oppose aux hommes comme une puissance totalement étrangère29, toute-puissante et inébranlable, envers laquelle ils ont un comportement purement animal et dont ils subissent l’ascendant comme s’ils étaient du bétail. Bref, c’est une conscience purement animale de la nature (religion de la nature30), mais aussi la conscience de la nécessité d’entrer en communication avec d’autres individus alentour : l’homme commence à avoir conscience qu’il vit tout simplement dans une société. Ce début est aussi animal que l’est, à ce stade, la vie sociale elle-même : c’est une conscience purement grégaire, et l’homme ne se distingue ici du mouton qu’en ce que sa conscience lui tient lieu d’instinct, ou que son instinct est un instinct conscient31. Cette conscience moutonnière ou tribale continue à se développer et à se former grâce à l’accroissement de la productivité, à la multiplication des besoins et à l’augmentation de la population. Simultanément se développe la division du travail qui ne se manifestait primitivement que dans les rapports des sexes, puis la division du travail qui résulte automatiquement ou spontanément des dispositions naturelles (vigueur physique, par exemple), des besoins, des hasards, etc. La division du travail n’acquiert son vrai caractère qu’à partir du moment où intervient la division du travail matériel et du travail intellectuel.
Dès cet instant, la conscience peut vraiment s’imaginer qu’elle est autre chose que la conscience de la pratique établie et qu’elle représente réellement quelque chose sans représenter quelque chose de réel : à partir de ce moment la conscience est capable de s’émanciper du monde et de passer à la formation de la théorie « pure »32, théologie, morale, philosophie, etc. […] En outre, la division du travail fait naître également l’antagonisme entre l’intérêt de chaque individu ou de chaque famille, et l’intérêt de tous le individus qui communiquent entre eux. D’ailleurs cet intérêt commun n’existe pas seulement dans l’imagination, en tant qu’« idée générale », mais dans la réalité, en tant que mutuelle dépendance des individus entre lesquels le travail est divisé.
C’est précisément en raison de cette opposition entre l’intérêt particulier et l’intérêt commun que celui-ci prend, en tant qu’Etat, une configuration autonome détachée des intérêts réels, individuels et collectifs, en même temps qu’il se présente comme communauté illusoire, mais toujours sur la base réelle des liens existants, […] en particulier sur la base des classe sociales déjà issues de la division du travail, lesquelles se constituent séparément et dont l’une domine l’autre. Il s’ensuit que toutes les luttes au sein de l’Etat, la lutte entre la démocratie, l’aristocratie et la monarchie, la lutte pour le suffrage, etc., ne sont que les formes illusoires (le général est toujours la forme illusoire du communautaire), dans lesquelles les luttes des différentes classes entre elles sont menées33 […]. Il s’ensuit en outre que toute classe qui aspire à la domination – même si cette domination a pour condition, comme c’est le cas pour le prolétariat, l’abolition de toute l’ancienne forme de la société et de la domination en général34- doit d’abord s’emparer du pouvoir politique afin de présenter derechef son intérêt comme l’intérêt général, ce à quoi elle est contrainte dès le début. C’est justement parce que les individus poursuivent uniquement leur intérêt particulier35 qui, à leurs yeux, ne coïncide nullement avec leur intérêt commun, que celui-ci est mis en avant comme un intérêt qui leur est « étranger », et qui est « indépendant » d’eux, bref, comme un « intérêt général » qui est, à son tour, d’une nature particulière. Sans cela, ils doivent eux-mêmes se mouvoir dans cette contradiction, comme c’est le cas dans la démocratie. Du reste, la lutte pratique de ces intérêts particuliers constamment opposés aux intérêts communs, réels ou illusoires, rend nécessaire l’intevention pratique et l’action modératrice de l’illusoire « intérêt général » sous la forme de l’Etat36. […]
Finalement, la conception de l’histoire que nous venons de développer nous donne les résultats suivants :
1° - A un certain stade de l’évolution des forces productives, on voit surgir des forces de production ou de commerce37 qui, dans les conditions existantes, ne font que causer des désastres. Ce ne sont plus alors des forces de production mais des forces de destruction (machinisme et argent). Autre conséquence, une classe fait son apparition38, qui doit supporter toutes les charges de la société sans jouir de ses avantages ; une classe qui, jetée hors de la société, est reléguée de force dans l’opposition la plus résolue à toutes les autres classes ; une classe qui constitue la majorité de la société et d’où émane la conscience de la nécessité d’une révolution en profondeur, la conscience communiste, celle-ci pouvant naturellement se former aussi parmi les autres classes capables de partager la position de cette classe.
2° - Les conditions dont dépend l’emploi de forces productives déterminées sont celles qu’impose le règne d’une classe déterminée de la société dont la puissance sociale, fruit de ses possessions matérielles, trouve son expression à la fois idéaliste et pratique dans la forme d’Etat existant39 ; c’est pourquoi toute lutte révolutionnaire est dirigée contre une classe qui a dominé jusqu’alors.
3° - Jusqu’à présent, toutes les révolutions ont toujours laissé intact le mode des activités40 ; il s’agissait seulement d’une autre distribution des activités, d’une répartition nouvelle du travail entre d’autres personnes. En revanche, la révolution communiste se dressant contre le mode traditionnel des activités, se débarrasse du travail salarié et abolit la domination de toutes les classes en abolissant les classes elles-mêmes, cette révolution étant l’œuvre de la classe qui, dans la société, n’a plus rang de classe et n’est pas reconnue comme telle : dès maintenant, elle marque la dissolution de toutes les classes, de toutes les nationalités41, etc., au sein même de la société présente.
4° - Pour produire massivement cette conscience communiste aussi bien que pour faire triompher cette cause elle-même, il faut une transformation qui touche la masse des hommes, laquelle ne peut opérer que dans un mouvement pratique, dans une révolution. Par conséquent, la révolution est nécessaire non seulement parce qu’il n’est pas d’autre moyen de renverser la classe dominante, mais encore parce que c’est seulement dans une révolution que la classe du renversement réussira à se débarrasser de toute l’ancienne fange et à devenir ainsi capable de donner à la société de nouveaux fondements.


1 Le point de départ de Marx et d’Engels est le même que celui d’un des idéologues allemands qu’ils vont le plus critiquer : Feuerbach qui, dans l’Essence du Christianisme, fait de l’aliénation (en latin alios, en allemand Entfremdung, c’est-à-dire le fait d’être étranger à soi-même) le fondement de l’existence humaine. Mais là où Feuerbach considère que l’aliénation humaine est toujours aliénation devant une idée qui finit par prendre une importance telle qu’elle finit par faire oublier à l’homme que c’est lui qui en est l’auteur (historiquement, c’est bien entendu l’idée de Dieu qui a pris l’importance la plus démesurée), Marx et Engels en revanche vont montrer que cette forme idéologique d’aliénation n’est au fond que la conséquence d’un autre type, bien plus profond, d’aliénation : l’aliénation dans les rapports sociaux.
2 Ce sont eux, les idéologues allemands en général (Feuerbach, Stirner, Bauer, Ruge, tous des héritiers de Hegel) dont il va à présent être question. D’une manière plus sérieuse, ils sont décrits plus loin par Marx et Engels comme « ces philosophes qui se sont représenté […] un idéal appelé « l’Homme » et qui ont conçu tout le processus historique comme le processus de l’évolution de « l’Homme », si bien qu’à chaque étape historique, l’idée d’« Homme » fut substituée aux individus réels et présentée comme la force qui mène l’histoire » (l’Idéologie Allemande).
3 Cette croyance en la force révolutionnaire des idées est caractéristique en particulier de ce qu’on a nommé en allemand l’Aufklärung, en anglais l’Enlightment et en français les Lumières, et d’une manière beaucoup plus générale, d’une tradition philosophique appelée l’idéalisme (et qui remonte aux philosophes pré-socratiques).
4 Produire les moyens d’existence = travailler. Il est facile d’en inférer que, pour Marx et Engels, l’essence de l’homme va être le travail comme exigence sociale de produire ses propres conditions d’existence et que le fondement de l’aliénation humaine va consister en ce que « les travailleurs associés auraient pu régler de façon rationnelle ce processus de production en le soumettant à leur contrôle commun au lieu de se laisser dominer par lui »(Marx, le Capital, III)
5 Cf. le rapport que fait Aristote entre l’humanité et la main.
6 En allemand Verkehr, que l’on traduit aussi par relation, échange, communication, etc.
7 En allemand, cette expression signifie, selon le contexte, société civile ou bien société bourgeoise : le bourgeois et le citoyen se disent de la même façon (Bürger). Cette homonymie va pousser Marx à faire une critique de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen (cf. Marx, à propos de ‘‘la Question Juive’’) où il montre que les droits du citoyen sont en fait les droits du bourgeois, c’est-à-dire du membre de la classe dominante de la société capitaliste.
8 Attention : en français, nous n’avons qu’un seul mot, histoire, pour parler du processus historique matériel et du récit historique intellectuel. En allemand, il y a deux termes différents : Geschichte et Historie (de même qu’en anglais : history et story). Bien entendu, c’est du premier sens (processus) qu’il s’agit primordialement ici, mais on comprend que le second sens (récit) va entretenir avec le premier une relation de conséquence idéologique.
9 Marx et Engels ont donc une conception déterministe et matérialiste, de l’histoire.
10 Marx et Engels sont les premiers à voir (dès 1845-1846) que le processus qu’on appelle aujourd’hui mondialisation (on disait internationalisation, à l’époque) n’est pas un accident mais une nécessité pour le developpement de l’économie capitaliste : « la tendance à créer le marché mondial existe immédiatement dans la notion de capital [...] le commerce cessant alors d’avoir une fonction d’échange entre individus libres, mais devenant un but en soi »(Marx, Critique de l’Economie Politique, préf.).
11 En allemand, Selbstbewusstsein et Weltgeist, deux concepts fondamentaux de la philosophie de Hegel qualifiés ironiquement de « fantômes » en ce qu’ils se substituent à la réalité matérielle lorsqu’il s’agit d’expliquer le processus historique. Bref, la mondialisation ne concerne pas primitivement des idées mais des conditions matérielles d’existence.
12 Cf. note précédente.
13 Dans le Capital, I, Marx qualifiera de robinsonnade (mots inventé à partir du nom du héros romanesque Robinson Crusoe) la prétention ridicule de l’idéologie bourgeoise à vouloir assurer durablement la liberté et le bonheur à un individu ou à un groupe d’individus indépendamment de la liberté et du bonheur de l’humanité toute entière, en raison précisément des relations d’inter-dépendance économiques et sociales au niveau mondial.
14 Expressions hégéliennes qui insistent sur la soi-disant puissance créatrice de l’Esprit.
15 « L’essence humaine n’est point chose abstraite, inhérente à l’individu isolé. Elle est, dans sa réalité, l’ensemble des relations sociales »(Marx, Thèses sur Feuerbach, VI), c’est-à-dire l’ensemble des relations d’échange et de communication exigées par un mode déterminé de production des moyens d’existence.
16 Cf. la description, tout aussi ironique, que fait Wittgenstein des jeux de langage psychologistes.
17 « De toute évidence, l’arme de la critique ne peut remplacer la critique par les armes : la force matérielle doit être renversée par une force matérielle, même si la théorie se change, elle aussi, en force matérielle, dès qu’elle saisit les masses »(Marx, pour une Critique de la Philosophie du Droit de Hegel). Si le monde humain change, c’est sous l’effet de transformations matérielles des conditions de production et d’existence, et ce sont de telles transformations matérielles qui, lorsqu’elles sont rapides et violentes (révolutions), rendent soudain inadaptées les formes de conscience antérieures (histoire, religion, philosophie, droit, art, etc.). Il faut alors inventer de nouvelles formes de conscience qui permettent de penser les nouvelles conditions de production et d’existence. D’où l’illusion que ce sont les idées qui sont responsables des changements alors qu’elles ne font qu’accompagner ces changements.
18 En effet, « ce n’est pas la conscience qui détermine la vie mais la vie qui détermine la conscience »(Marx-Engels, l’Idéologie Allemande), dans le sens où les conditions matérielles de production et d’existence sociale (l’infrastructure) priment sur toutes les formes de conscience (la superstructure). Mais il n’en reste pas moins que toutes les formes de conscience ont une fonction de régulateur de la vie sociale et donc sont un facteur d’inertie sociale puisqu’elles imposent a priori un cadre explicatif adapté à un ordre socio-économique déjà établi.. Ce qui explique que « les hommes font leur propre histoire, mais il ne la font pas de leur plein gré, dans des circonstances librement choisies : celles-ci, ils les trouvent au contraire toutes faites, données, héritées du passé »(Marx, le 18 Brumaire de Louis Napoléon Bonaparte, i).
19 Une fois de plus, ce n’est pas l’idée d’une révolution communiste qui peut engendrer une telle révolution. La preuve c’est que, comme le remarquent Marx et Engels, en 1848 « un spectre hante l’Europe, le spectre du communisme » (Manifeste Communiste, pré.), or la révolution communiste n’a encore eu lieu nulle part !
20 C’est pourquoi, « de même qu’on ne juge pas un individu sur l’idée qu’il a de lui-même, on ne juge pas non plus une époque sur la conscience qu’elle a d’elle-même »(Marx, Avant-propos de la Critique de l’Economie Politique), puisque les formes de conscience ont tendance à faire oublier les conditions matérielles d’existence qui les ont déterminées.
21 C’est ce que disent Feuerbach dans l’Essence du Christianisme, mais aussi Hegel avant lui et Weber après lui, et d’une manière générale, tous les idéologues, car « dans toute idéologie, les hommes et leur condition apparaissent sens dessus dessous »(Marx-Engels, l’Idéologie Allemande) : on a l’illusion que l’esprit domine la matière, alors que c’est l’inverse. L’une des conséquences de l’illusion idéologique est bien entendu que « cette inversion qui, de prime abord, fait abstraction des conditions réelles, a permis de transformer toute l’histoire en un processus d’évolution de la conscience. »(Marx-Engels, l’Idéologie Allemande).
22 Cf. Pascal et l’idée que la coutume est toujours celle des plus forts, ou en tout cas des plus nombreux.
23 « La production des idées, des représentations, de la conscience, est de, prime abord, directement mêlée à l’activité et au commerce matériel des hommes : elle est le langage de la vie réelle »(Marx-Engels, l’Idéologie Allemande). Cf. Wittgenstein pour qui, également, la pensée est indissociable des jeux de langage qui reflètent nos formes de vie.
24 « Le langage est aussi vieux que la conscience, il est la conscience réelle, pratique [qui] naît du seul besoin, de la nécessité du commerce avec d’autres hommes »(Marx-Engels, l’Idéologie Allemande). Cf. aussi Pascal et Wittgenstein.
25 Telle est l’une des caractéristiques de l’idéologie que de considérer que « tout descend du ciel sur la terre » (Marx-Engels, l’Idéologie Allemande), autrement dit de donner l’illusion que « tout rapport dominant est transformé en rapport religieux et changé en culte, [de sorte que] l’on n’a plus affaire qu’à des dogmes et à la croyance en des dogmes »(Marx-Engels, l’Idéologie Allemande). Ce qui explique par exemple que « en disant que les rapports actuels, ceux de la production bourgeoise, sont naturels, les économistes font entendre que ce sont là des rapports dans lesquels se crée la richesse et se développent les forces productives conformément aux lois de la nature : […] les économistes veulent les faire passer pour naturels, et partant éternels »(Marx, Misère de la Philosophie, ii, 1). Or, ce n’est que « par intérêt que vous érigez en lois éternelles de la nature et de la raison vos rapports de production et de propriété qui n’ont qu’un caractère historique »(Marx-Engels, Manifeste Communiste de 1848). Sur l’équation naturel=éternel, cf. aussi Kant, Quine, Pascal et Spinoza.
26 Cf. Aristote et son analyse de l’esclavage comme processus de séparation de l’intelligence et de la main. Cf. aussi Rousseau pour qui division du travail rime avec inégalité sociale.
27 C’est-à-dire considérées dans l’absolu, donc indépendamment des conditions matérielles de leur production. Quant aux idées révolutionnaires (par exemple les idées des Lumières au XVIII° siècle), il va de soi que « l’existence d’idées révolutionnaires à une époque déterminée suppose l’existence préalable d’une classe révolutionnaire »(Marx-Engels, l’Idéologie Allemande). Cf. note 19.
28 Dans ce paragraphe, Marx et Engels décrivent, comme avant eux Rousseau ou Hegel, et après eux Wittgenstein ou Quine, l’ontogénèse (la naissance pour un individu donné) de la conscience, c’est-à-dire du langage. En d’autres termes, ceci n’est pas un raisonnement historique mais plutôt biographique.
29 Cf. l’aspiration cartésienne à la maîtrise consciente puis technique d’une nature fondamentalement hostile.
30 Cf. l’assimilation que fait Spinoza de Dieu et de la Nature.
31 C’est-à-dire parlant. Pour une distinction entre le cri animal et la parole humaine, cf. Aristote.
32 Allusion à Kant qui a écrit une Critique de la Raison Pure dans laquelle il dénonce déjà cette tendance idéologique (Kant dit « dogmatique ») à opposer la pureté de l’esprit à l’impureté de la matière, oubliant ainsi que « dès l’origine, l’‘‘esprit’’ porte la malédiction d’être ‘‘entaché’’ de la matière, qui emprunte ici la forme de couches d’air agitées , de sons, bref, la forme du langage »(Marx-Engels, l’Idéologie Allemande). Rappelons qu’étymologiquement esprit vient du latin spiritus (en grec pneuma) qui signifie « souffle » (cf. Wittgenstein).
33 D’où la définition que Marx et Engels donnent de l’histoire : « L’histoire de toute société jusqu’à nos jours n’est que l’histoire de la lutte des classes »(Manifeste Communiste de 1848), c’est-à-dire de la lutte de groupes sociaux dont les intérêts étant antagonistes (par exemple les bourgeois et les prolétaires dans le mode de production capitaliste), toute transformation significative des conditions d’existence ne peut s’obtenir qu’au prix du triomphe des intérêts des uns sur les intérêts des autres, et donc d’une domination d’une classe sur une autre.
34 « De toutes les classes subsistant aujourd’hui en face de la bourgeoisie, le prolétariat seul forme une classe réellement révolutionnaire »(Marx-Engels, Manifeste Communiste de 1848), puisque, en effet, elle est la classe la plus démunie à la fois du point de vue matériel (elle n’a pas grand-chose à perdre) et du point de vue intellectuel (elle est peu instruite donc peu sensible à l’illusion idéologique).
35 Cf. Spinoza et l’idée que, vivre en société, c’est au fond s’aimer soi-même.
36 Marx et Engels contestent la réalité de l’intérêt général à la fois sous son aspect métaphysique (Hegel) et sous son aspect politique (Rousseau). Cf. aussi Pascal, Rawls et Spinoza.
37 A la fois humaines (travailleurs) et techniques (outils et machines), ce que Marx appelle aussi l’infrastructure.
38 La classe des prolétaires, qui vendent leur force de travail contre un salaire destiné à entretenir cette force de travail (par opposition à la classe des capitalistes, qui font du profit en s’appropriant légalement la production des prolétaires). Le stade de développement historique que décrivent ici Marx et Engels est évidemment le stade de la société capitaliste.
39 C’est-à-dire l’ensemble des rapports de production qui constituent la superstructure politico-juridique destinée à justifier et entretenir les rapports sociaux au moyen de formes déterminées de conscience (langage).
40 C’est-à-dire la superstructure, les rapports de production. C’est pourquoi toute révolution naît de ce que « les forces productives matérielles de la société entrent en contradiction avec les rapports de productions existants »(Marx, Avant-propos de la Critique de l’Economie Politique), mais, paradoxalement, « c’est justement à ces époques de crise révolutionnaire que les révolutionnaires évoquent anxieusement et appellent à leur rescousse l’esprit de leurs ancêtres »(Marx, le 18 Brumaire de Louis-Napoléon Bonaparte, i). Bref, toute révolution qui ne s’attaque qu’aux infrastructures socio-économiques matérielles sans bouleverser aussi les superstructures politico-juridiques conscientes est irrémédiablement vouée à l’échec.
41 Cf. l’exhortation de Marx et d’Engels à la fin du Manifeste Communiste de 1848, « prolétaires de tous les pays, unissez-vous ! », appel à l’internationalisation de la lutte de classe dans le cadre d’un mode de production lui-même déjà mondialisé, le capitalisme.